en tete
accueiln presentation prevertN formulesN trait
affiche prevert
textes
cliquez pour agrandir
haut
  Comme beaucoup de rêveur, j’ai découvert PREVERT dans « la poussière du soleil et le bruit des bêtes, de l’herbe dans la chaleur d’un  été » des années soixante et sa « musique était si belle et si jolie » que je sortis de la mienne qui jusque là m’avait emmuré pour écouter cet « oiseau lyre qui passait dans mon ciel ». 
  « Et les murs de la classe (où j’étais enfermé) se sont écroulés tranquillement, les vitres redevenant sable, l’encre redevenant eau, les pupitres arbres, la craie falaise, et le porte plume oiseau », avec lequel j’écris ces quelques lignes. 
  Bien sûr je ne peux ignorer, «  la rue de Seine, le Brest de Barbara, le « terrible petit bruit de l’œuf dur quand il remue dans la mémoire de l’homme qui a faim », ou « la terre qui tourne avec ses grands ruisseaux de sang », mais «  je suis comme je suis, je suis là pour vous plaire et n’y puis rien changer »
  Ce second « cabaret » est donc consacré à Jacques Prévert, dont on célèbre le quarantième anniversaire de la disparition et je n’aurais de cesse d’argumenter sur l'œuvre et sur l’homme que je révèle au cours de ce montage spectacle. 
  C’est surtout  l’originalité de sa forme que je veux préciser.
  Je ne célèbre pas le poète par un enchainement académique de ses textes, je les mets en scène, les partage avec le public, les habille de clins d’œil ou de respirations émotives, je leur accorde toute la musicalité de la langue française savamment exploitée par l’auteur.
  En harmonisant, lectures, récits, chansons, mimes, marionnettes, ombres chinoises, je restitue l’ambiance des cabarets parisiens dits «  Rive gauche » que Jacques Prévert et ses interprètes ont connu en leur temps, de Montmartre à St Germain des Prés, du Lapin Agile, à la Rose Rouge, l’Ecluse, l’Echelle de Jacob, la Galerie 55 et autres.
  C’est dans ces établissements que la qualité, la rigueur jouxtaient la désinvolture, l’insouciance, le bien vivre ensemble de cette époque. Et ma proposition, mon challenge est de restituer cette ambiance et de la faire partager aux plus jeunes comme aux aînés bien trop souvent engoncés dans une philosophie matérialiste contemporaine.
  Je souhaite convaincre de la nécessité d’user de ces potions magiques quelque peu obsolètes que sont, l’invention, l’imagination, la féerie, la fantaisie, l’absurde, l’émotion et que voulez vous,
bas

footer